25 janvier 2024

La loi dite “Molac” relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion a été définitivement votée le 8 avril 2021 par une majorité de 247 députés contre 76

Le collectif “Pour Que Vivent Nos Langues” salue cette évolution législative bienvenue. Toutefois, nous déplorons que la situation des langues minoritaires en France reste malgré tout préoccupante

Les moyens alloués par l’État pour l’enseignement de nos langues restent dérisoires au regard des nécessités. Nous ne pouvons par ailleurs plus supporter que la liberté de choix des prénoms soit à géométrie variable : comment expliquer aujourd’hui que des prénoms comme Iñaki ou Fañch sont toujours interdits sur le sol français1 ?

Nous considérons que nos langues et nos cultures sont gravement lésées par la décision très contestable et contestée du conseil constitutionnel du 21 mai 2021. Cette position est partagée par trois rapporteurs spéciaux du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. Leurs commentaires et suggestions adressés à la France le 31 mai 2022 n’ont à ce jour pas reçu de réponse de la part de l’État. 

La jeunesse de France se mobilise donc pour défendre ses langues : les lycéens qui apprennent une langue minoritaire souhaitent ainsi interpeller les députés afin de réclamer une évolution de l’article 2 de la Constitution française qui instaure à ce jour la langue française comme unique langue de la République. 

L’enjeu de cette action est simple : nous souhaitons obtenir un réel statut pour nos langues, afin qu’elles puissent demeurer vivantes et sortir de la précarité dans laquelle l’État les a installées au fil des décennies. 

Les lycéens de Corse, Occitanie, Pays Basque, Alsace et Bretagne vous donnent rendez-vous pour un rassemblement revendicatif le mercredi 7 février à 12h place Edouard Herriot, devant l’Assemblée nationale. 

Ce rassemblement se déroulera en marge de l’audition de cinq lycéens et lycéennes par les députés membres du groupe d’études “Langues et Cultures Régionales” de l’Assemblée nationale le mercredi 7 février de 12h45 à 14h. 

1 Refus récent de la part du Ministère public contre le choix de prénoms de deux familles ayant décidé de prénommer leur enfant “Fañch” : dans le Morbihan en septembre 2023 et dans le Maine-et-Loire en janvier 2024. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.