L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA.

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 7 de junh de 2023.

      L’ARBRE DE JUDÈA

Quin mai bèl simbòl de vida qu’un arbre, dont annada a cha annada, vesèm créisser las brancas coma autant de sos enfants ?

Cada arbre a son istòria, e quand aurà causit sa tèrra e son climat, aurà la larguesa del cerièr, per exemple quand nos assadola de sos fruches madurs. Abans, nos aurà gratificat de sas flors prometeiras d’un blanc rosenc indefinible.

O alara coma l’amorièr-platana, tant familiar, qu’aurà la convenença de nos ofrir son ombratge protector.

Un arbre pòt encara èstre fièr d’èstre aquí just per lo plaser de nòstres uòlhs, coma lo supèrbe « albizzia », dich arbre de seda. Sos plumalhs, de fragilitat aparenta, se balançan al grat del vent, e sas flors afichan una tencha d’un rosenc delicat. Tocar pas que dels uòlhs, que sembla que las tocar las farián s’avalir. 

Mas que dire de l’arbre de Judèa : cercis siliquastrum per los intimes, de la familha dels fabaceae. Ten son nom de cercis, rapòrt a sa golça en forma de lançadoira.

Es originari de Judèa, província sacrada d’Israël. Se raconta que Judàs l’auriá causit per s’i penjar après sa traïson de Jèsus.

Per expiar aquel passat tan pesuc que pòrta coma sa crotz, se para de flors d’un violet flamejant, color de la vergonha e de las lagremas de sang del Crist. Pas facil de se destacar de son passat… 

Mas òm i pòt veire solament son esplandor a la prima. Timidament, nos ofrís jorn a cha jorn l’espelison de sos botons, abans que de revestir son fulhatge d’un verd tendre, en armonia amb la rusca bruna de son tronc.

La prima que s’acaba a permés aqueste an de los veire en quantitat emergir dels puèges verdolents, dins un rambalh de jardin anglés, verges de la man de l’òme.

De còps la Natura fa fèsta, coma aquel 31 de mars que sas flors estrepelidas s’escapavan d’una nèu tardièra. Foguèt un espectacle rare e susprenent, que mon uòlh, travestit en apareh fòto, fixèt dins ma memòria per lo demai de ma vida.

Ne desplaga als « Ecolos », que mancarián pas d’i veire la pata del desreglament climatic, seriá plan de tornar veire aquel tablèu al mens un còp de mai abans que de morir.

Mercé per avança a Dòna Natura de voler ben enausir aquel desir, un còp, un sol…

D’evidéncia, los arbres, companhons de l’òme de longa data, meritan nòstra atencion, nòstres suènhs, e nòstre respècte.

Nos noirisson, nos protegisson e nos encantan.

     L’ARBRE DE JUDÉE

Quel plus beau symbole de vie qu’un arbre, dont année après année, nous voyons croître les branches comme autant de ses enfants ?

Chaque arbre a son histoire, et quand il aura choisi sa terre et son climat, il aura la générosité du cerisier, par exemple quand il nous gave de ses fruits bien mûrs. Auparavant, il nous aura gratifiés de ses fleurs prometteuses d’un blanc rosé indéfinissable.

Ou bien, comme le mûrier-platane si familier, qui aura la bienséance de nos offrir son ombrage protecteur.

Un arbre peut encore être fier d’être là juste pour le plaisir de nos yeux, pareil au superbe albizzia, dit arbre de soie. Ses plumeaux, de fragilité apparente se balancent au gré du vent, et ses fleurs affichent une teinte d’un rosé délicat. Toucher avec les yeux, car il semble que les toucher les feraient disparaître.

Mais que dire de l’arbre de Judée : cercis siliquastrum pour les intimes, de la famille des fabaceae. Il tient son nom de cerci, en raison de sa forme de navette de tisserand.

Il est originaire de Judée, province sacrée d’Israël. On raconte que Judas l’aurait choisi pour s’y pendre après sa trahison de Jésus.

Pour expier ce lourd passé qu’il porte comme sa croix, il se pare de fleurs d’un flamboyant violet, couleur de la honte et des larmes de sang du christ. Pas facile de se détacher de son passé…

Mais on peut y voir seulement sa splendeur au printemps. Timidement, il nous offre jour après jour l’éclosion de ses boutons, avant même de revêtir son feuillage d’un vert tendre, en harmonie avec l’écorce brune de son tronc.

Le printemps qui s’achève a permis cette année de les voir en quantité émerger des collines verdoyantes, dans un désordre de jardin anglais, vierges de la main de l’homme.

Parfois, la Nature fait fête, comme un certain 31 mars où les fleurs à peine écloses s’échappaient d’une neige tardive. Ce fut un spectacle rare et surprenant, que mon œil, déguisé en appareil photo a fixé dans ma mémoire pour le reste de ma vie.

N’en déplaise aux « Ecolos », qui ne manqueraient pas d’y voir la patte du dérèglement climatique, ce serait bien de revoir ce tableau au moins une fois de plus avant de mourir.

Merci à Dame Nature de bien vouloir exhausser ce vœu une fois, une seule…

A l’évidence, les arbres, compagnons de l’homme de longue date, méritent notre attention, nos soins, et notre respect.

Ils nous nourrissent, nous protègent et nous enchantent.

 

a tree with lots of pink flowers on it

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.