L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 11 de decembre de 2023.

  MARIA CALLÀS

(Sofia Cecilia Kalogeropoulos)

2/12/1923  // 16/09/1977.

 

Aurià cent ans. La Diva que presentam pas mai, es mesa a l’onor per tot çò qu’a bailat al mond de l’operà.

S’es consacrada a son art e a son public pendent tota sa vida.

Tre sa primièra aparicion a Verona, la sala tota foguèt conquista per son interpretacion de la Gioconda de Ponchielli.

Mas es amb Norma de Bellini qu’atenguèt la cima de son art.

La soprano a cantat sus las mai grandas scènas internacionalas, sostenguda per los mai grands caps d’orquèstra, coma Von Karajan.

Seriá tròp long de contar sa carrièra tota, mas cal soslinhar que, per los qu’an agut lo privilègi de l’ausir dins Tosca (Pucchini) a la Scala de Milan, s’es dich que ne gardèron un sovenir imperissable.

E que dire de l’Air des Clochettes de Lakmé (Léo Delibes) sinon que la francesa Mado Robin rivalizèt amb ela, mercé a l’espandida bèla de sa votz. I capitèt d’un biais remarcable. Caracacà !

Per parlar un brieu de la vida de la Callàs, direm que se maridèt en 1949 amb Giovanni Battista Mengheni, son admirator, mai vièlh qu’ela de 28 ans, e que devenguèt son agent artistica.

La Callàs, coma las divas de l’epòca, èra en suprepés ; o direm entau per demorar aimable. En 1953, se met en dever de perdre « qualques » quilòs, 35 en vertat.

E vaquí qu’en 1958 se deu d’anullar son espectacle, agent perdut sa votz en plena representacion. Escandal a Ròma…

En 1959,  divorcièt e se tornèt maridar amb lo riquissim armator grèc, Aristote Onassis. Foguèt l’amor de sa vida. Aquò durèt 9 annadas, abans qu’el tombèsse dins los braces de la veusa Jackie Kennedy ; en 1968 se la maridèt, al desespèr de nòstra diva.

En 1965, la Callàs faguèt un malaise sus scèna. Dins la sala « lo blanc dau pòrre », en la persona de la reina Elisabeth II.

Mas la cantratritz vòl pas abdicar, e en 1973, se presenta en recital dins una virada internacionala. Se la fervor es al rendètz-vos, las criticas atanben per la qualitat de sos aguts. Òm perdona res als pus grands…

En 1977, moriguèt a son ostal a París a l’atge de 53 ans ; èra pro joina per qualqu’un qu’a marcat son sègle e qu’a tot sacrificat – fins a sa santat – a son art.

Son director artistica dirà : « es l’imatge meteissa de la Traviatta (Verdi) qu’a jogat en 1956 a la Scala de Milan. Son visatge a pas pres una rufa ».

Vaquí. La votz de la Callàs s’es amorçada. L’escrinh de musicas de las bèlas que l’an acompanhada de bot en bot, s’es tornat clavar per totjorn sus aquel incomparable joièl.

Mas lo sovenir de la granda Callàs, e per la far perdurar tota sa discografia, demoraràn longtemps dins lo còr de totes los amators de « Bèl Canto » que l’an tant aimada e tant adulada.

 

 

       MARIA CALLAS

(Sofia Cecilia KALOGEROPOULOS)

       2/12/1923  // 16/09/1977.

 

Elle aurait cent ans. La Diva qu’on ne présente plus, est mise à l’honneur pour tout ce qu’elle a donné au monde de l’opéra.

Elle s’est consacrée à son art et à son public durant toute sa vie.

Dès sa première apparition à Vérone, toute la salle a été conquise par son interprétation de la Giocconda de Ponchielli.

Mais c’est dans Norma de Bellini qu’elle a atteint le sommet de son art.

La soprano a chanté sur les plus grandes scènes internationales, soutenue par les plus grands chefs d’orchestre, comme Von Karajan.

Il serait trop long de narrer toute sa carrière, mais il faut souligner que, pour ceux qui ont eu le privilège de l’entendre dans Tosca (Pucchini) a la Scala de Milan, il s’est dit que le souvenir qu’ils en ont gardé était impérissable.

Et que dire de l’Air des Clochettes de Lakmé (Léo Delibes) sinon que la française Mado Robin a rivalisé avec elle, grâce à l’étendue de sa voix, et  elle y a réussi d’une manière remarquable. Cocorico !

Pour parler un peu de la vie de la Callas, nous dirons qu’elle s’est mariée en 1949 avec Giovanni Batista Mengheni, son admirateur plus vieux qu’elle de 28 ans, et qui est devenu son agent artistique.

La Callas, comme les Divas de l’époque, était en surpoids ; on le dira ainsi pour rester aimable. En 1953, elle se met en devoir de perdre « quelques » kilos, 35 en vérité.

Et voilà qu’en 1958 elle se doit d’annuler son spectacle, ayant perdu sa voix en pleine représentation. Scandale à Rome…

En 1959, elle divorce et se remarie avec le richissime armateur grec Aristote Onassis. Il a été l’amour de sa vie. Cela a duré 9 ans, avant qu’il ne tombe dans les bras de la veuve Jackie Kennedy ; en 1968 il se marie avec elle, au désespoir de notre Diva.

En 1965, la Callas fait un malaise sur scène. Dans la salle du « beau linge », en la personne de la reine d’Angleterre Elisabeth II.

Mais la cantatrice ne veut pas abdiquer, et en 1973, elle se produit en récital dans une tournée internationale. Si la ferveur est toujours au rendez-vous, les critiques aussi pour la qualité de ses aigus. On ne pardonne rien aux plus grands…

En 1977, elle meurt dans son hôtel à Paris à l’âge de 53 ans ; c’était trop jeune pour quelqu’un qui a marqué son siècle et qui a tout sacrifié – jusqu’à sa santé –  à son art.

Son directeur artistique dira : « elle est l’image même de la Traviatta (Verdi) qu’elle a joué en 1956 à la Scala de Milan. Son visage n’a pas pris une ride ».

Voilà. La voix de la Callas s’est éteinte. L’écrin des belles musiques qui l’ont accompagnée de bout en bout s’est refermé pour toujours sur cet incomparable joyau.

Mais le souvenir de la grande Callas, et pour la faire perdurer toute sa discographie, resteront longtemps dans le cœur de tous les amateurs de Bel Canto qui l’ont tant aimée et tant adulée.

a small bird perched on a tree branch

1 Commentaire

  1. Barbassat Sylvie

    Bonjorn,
    Una pitchona rectifcacion : Aristote Onassis foguèt le grand amor de la Callas, mas la Callas s’es pas jamai maridada amb el

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire

  1. Barbassat Sylvie

    Bonjorn,
    Una pitchona rectifcacion : Aristote Onassis foguèt le grand amor de la Callas, mas la Callas s’es pas jamai maridada amb el

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.