L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 2 de març de 2024.

CÒP DOBLE : LAS ALGAS

 

         Quand la Natura nos balha un còp de man ; per exemple amb lo rescaufament climatic que participa a la proliferacion de las algas dins los estanhs.

Per que los toristas que desbarcan sus nòstras plajas, segon los vents, es pas agradiu de traversar una barrièra d’algas d’aspècte grisàs quand se descompausan, sens parlar de las odors. Per profechar de la banhada, s’i cal enfonzar fins a las cavilhas.

Un còp dins l’aiga per endrech es parièr. Per la màger partida d’elas las algas son pas urticantas, mas vai te’n saupre çò qu’anam trapar jos los pès ? A l’epòca òm podiá tombar sus una cranqueta o un orsin, mas ara risca pas res ! Cal just reconéisser qu’es pas tròp atrasent.

Pasmens las algas son de tresaurs quand lo biais de las triar per ne sortir lo melhor es estat trobat.

Fa de temps qu’òm s’i emplega sus nòstras còstas, coma sus la mar de Bèrra (Bocas de Ròse) ont ne tiran de resinas per exemple.

De temps atanben que son utilizadas dins lo domeni dels cosmetics, e uèi sus l’Internet existís un fum de recèptas de cosinas, mas aquò deu demandar una bona coneissença de las divèrsas menas per s’empoisonar pas… Brèu vos daissi la primor de vos i pegar…

En 2022, dins nòstra estanh de Taur, d’algas son estadas prelevadas en nombre, e prepausadas a la campanha de Farlet. Los proprietaris las an daissadas secar per ne tirar la sal, e se’n serviguèron d’engraisses. Del còp nòstra estanh podiá tornar trapar sa beutat naturala.

En legissent una revista illustrada un pauc datata (2022) qu’aviá escapat a la bena per miracle, rebombiguèt en ieu una conversacion amb un papeta que trepava de longa dins lo terren, aimant la tèrra benlèu tant coma sos enfants.

Me contèt qu’una familha de Mèsa de mantun fraires, a la debuta del sègle

XX, èra la sola a espandir d’algas dins sas vinhas per las engraissar.

Aquò intriguèt lo papeta, que mai de 50 o 60 ans après, l’aviá pas doblidat.

Aquela familha èra originària del País Bàscol. Es per experiéncia venguda d’alhors qu’èran tot solets a profechar d’aquela mana a gratis ? O foguèron pas seguits per qu’èran pas de la mata ?

L’istòria ditz pas se l’operacion èra eficaça. Mas ieu me disi : E s’avián agut rason abans tot lo mond ?

COUP DOUBLE : LES ALGUES

 

Quand la Nature nous donne un bon coup de main ; par exemple avec le réchauffement climatique qui participe à la prolifération des algues dans les étangs.

Pour les touristes qui débarquent sur nos plages, selon les vents, il n’est pas agréable de traverser une barrière d’algues d’aspect grisâtre quand elles se décomposent, sans parler des odeurs. Pour profiter de la baignade, il faut s’y enfoncer jusqu’aux chevilles.

Une fois dans l’eau par endroit c’est la même chose. Pour la majeure partie d’elles, les algues ne sont pas urticantes, mais à savoir ce que l’on va trouver sous ses pieds ? A l’époque on pouvait tomber sur un petit crabe ou un oursin, mais maintenant cela ne risque rien ! Il faut juste reconnaître que ce n’est pas très engageant.

Pourtant les algues sont des trésors quand la manière de les trier pour en sortir le meilleur a été trouvée.

Cela fait longtemps que l’on s’y emploie sur nos côtes, comme sur l’étang de Berres (Bouches du Rhône) dont on en tire des résines par exemple.

Longtemps aussi qu’elles sont utilisées dans le domaine des cosmétiques, et aujourd’hui sur Internet il existe un grand nombre de recettes de cuisine, mais cela doit demander une bonne connaissance  des diverses espèces pour ne pas s’empoisonner…Bref je vous laisse la primeur de vous y coller…

En 2022, sur notre étang de Thau, des algues ont été prélevées en nombre, et proposées à la campagne de Farlet. Les propriétaires les ont laissé sécher pour leur ôter le sel, et ils s’en sont servis d’engrais. Dans la même opération, notre étang a retrouvé sa beauté naturelle.

En lisant un magazine un peu daté (2022) qui avait échappé à la benne par miracle, a rebondi en moi une conversation avec un grand-père qui patrouillait sans arrêt dans le terrain, aimant la terre peut-être autant que ses enfants.

Il m’a raconté qu’une famille de Mèze de plusieurs frères, au début du XXème siècle, était la seule à répandre des algues dans ses vignes pour les engraisser.

Cela avait intriqué le grand-père, car 50 à 60 ans plus tard, il ne l’avait pas oublié.

Cette famille était originaire du Pays Basque. Est-ce par expérience venue d’ailleurs qu’ils étaient tous seuls à profiter de cette manne gratuite ? Ou bien n’ont-ils pas été suivis parce qu’ils n’étaient pas du sérail ?

L’histoire ne dit pas si l’opération était efficace. Mais moi je me dis : et s’ils avaient eu raison avant tout le monde ?

a painting of a seaweed forest with sunlight coming through the water

1 Commentaire

  1. François Espinosa

    ièu per crompar de causas per far la cusina faut tot a pé

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire

  1. François Espinosa

    ièu per crompar de causas per far la cusina faut tot a pé

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire

  1. François Espinosa

    ièu per crompar de causas per far la cusina faut tot a pé

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.