L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 19 de novembre de 2023.

LO TEMPS RETROBAT

 

Quane luxe !

Un còp la vida activa detràs de se, per pauc que la santat nos en daisse lo léser, vaquí qu’un orizont de temps liure s’espandís davant nosautres. Òc quane luxe !

D’ont mai luènh que remontam las annadas, vesèm que i a pas agut fòrça temps mòrts.

L’enfança es lèu roganhada per la frequentacion obligatòria de l’escòla. Se d’unes, serioses e aplicats i troban lor còmpte, d’autres, bolegaires, se sentisson assetats sus un fum d’orsins. Sont pas totjorn mai nècis que los autres, mas lor prioritat del moment es puslèu d’anar córrer per lo campèstre o darrièr un balon, eca…

D’ont mai qu’a nòstra epòca s’i apondan un fum d’activitats, per dobrir l’esperit als enfants : pintura, musica, club de lectura, espòrts per lo bon desvolopament de lor còrs…Te sabe ieu ? Mai d’activitats enquadradas e qualque pauc disciplinadas…

Pasmens un enfant que, a punt d’atge, legís lo Canard Enchaîné de sos parents e que l’entendon rire coma un mabol, aquò vòl dire que compren çò que legís. Solament, l’endeman, l’interrogacion portarà pas sus aquel jornal (es plan damatge). Donc se cal far violéncia per passar als devers e leiçons…

E la joinessa, periòd de beutat e d’inchalhença, es ben emprenta de qualques laguis, tant per los joines que per lors parents. Quana filièra causir ? E subretot « qu’anam faire de tu ? » frasa tant de còps ausida. Se cal pas enganar que la vida futura ne depend.

La vida activa que seguís se rencontre, quane azard, amb la vida de familha. Un còp lo Pan de Nòça manjat, los afars serioses començan.

Trapar un trabalh solide, correspondent a las competéncias, e convenablament pagat. Aculhir los enfants, saupre que tre lor primièr uòlh dobèrt, seràn per lors parents un tresaur qu’aurà pas de prètz, e que passarà totjorn avant que que siaga.

Ensajar de ne faire d’enfants aüroses, espompits, en devenir d’onèstes ciutadans.

Per autant, cal ben assegurar sa jornada de trabalh, emai se la setmana de 45 oras dins las annadas 1960 tombèt pauc a cha pauc a 35 oras. Aquò s’es pas fach tot sol, o cal pas doblidar e demorar vigilant.

Tot aquò empachava pas de dever gerir l’intendéncia d’una familha e d’un ostal, e se reversinar las margas per avançar, totjorn.

Sai que, es tot ? ! Non que l’ora es lèu venguda que parents e bèls parents, qu’an tant bailat quand èra lor torn, amb res de confòrt, ara an besonh de nosautres. La question se pausa pas. D’un biais o d’un autre, nos cal ocupar d’eles. Es un dever e es justícia d’adocir lo colcant de lor vida.

De mai es arribat mai d’un còp de dever ajudar los enfants per faire créisser lor quítia progenitura. Quane  plaser e quane trabalh atanben. Caliá téner lo ritme amb d’enfants plens de vida !

Alara, après tot aquò, lo temps retrobat es pas un luxe ? Òc que si !

Se levar sens la sonariá agressiva del desrevelhador, o pus tard la musiqueta del ràdio- revelh, un progrès, amb un plan ja establit (reflèxe de l’organizacion que nos permetiá de téner targa a tot)…e faire quicòm mai. Per exemple se clinar per desrabar las èrbas del jardin, alara que sèm lestes per sortir… Plantar aquí lo netitge (veirem aquò deman…benlèu) per cabussar dins un libre, cal que siá l’ora…e lo dinnar ? Veirem ben, anam pas puntar a 2 oras, si ?

E l’organizacon del viatge venent, lo qu’aguèrem pas lo temps de faire, tròp luènh e tròp car, qu’aviam pas fòrça de temps e de moneda. Es pas mai important que la preparacion del dinnar de uèi ? Sèm pas jamai mòrts de fam. E los catalògues e l’Internet nos espèran e nos fan somiar eles !

E puèi, per la tantossada, poiriam anar rendre una visita suspresa a nòstres melhors amics ? Se cambian pas d’avís d’aquí enlà…

Òc es ben un luxe lo temps retrobat !

 

E per acabar, ieu vos disi :

Farai çò que vodrai,

Res se l’enveja me’n pren, pas mai,

E lo qu’es pas content atal

A que de demorar a son ostal.

LE TEMPS RETROUVÉ

 

Quel luxe !

Une fois la vie active derrière soi, tant soit peu que la santé nous en laisse le loisir, voici qu’un horizon de temps libre s’étale devant nous.

Pour aussi loin que l’on remonte les années, nous voyons qu’il n’y a pas eu beaucoup de temps morts.

L’enfance est grignotée par la fréquentation obligatoire de l’école. Si certains enfants, sérieux et appliqués y trouvent leur compte, d’autres remuants, se sentent assis sur un tas d’oursins. Ils ne sont pas toujours plus bêtes que d’autres, mais leur priorité du moment est plus tôt d’aller courir à travers champs ou derrière un ballon, etc.

En plus, à notre époque s’y ajoutent un grand nombre d’activités, pour ouvrir l’esprit aux enfants : peinture, musique, club de lecture, sports pour le bon développement de leur corps…je sais moi ? Mais des activités encadrées, et un tant soit peu disciplinées.

Pourtant un enfant qui à point d’âge lit le Canard Enchaîné de ses parents et qu’ils l’entendent rire comme un fou, cela veut dire qu’il comprend ce qu’il lit. Seulement, le lendemain, l’interrogation ne portera pas sur ce journal (c’est bien dommage). Donc il faut se contrarier pour passer aux devoirs et leçons…

Et la jeunesse, période de beauté et d’insouciance, est bien empreinte de quelques soucis, autant pour les jeunes que pour leurs parents. Quelle filière choisir ? Et surtout « qu’allons-nous faire de toi ?», phrase si souvent entendue. Il ne faut pas se tromper car la vie future en dépend.

La vie active rencontre, quel hasard, la vie de famille. La Lune de Miel passée, les affaires sérieuses commencent.

Trouver un travail solide, correspondant aux  compétences, et payé convenablement. Accueillir les enfants, savoir que dès leur premier œil ouvert, ils seront pour leurs parents, un trésor qui n’aura pas de prix, et qui passera toujours devant quoi que ce soit.

Essayer d’en faire des enfants heureux, épanouis, en devenir d’honnêtes citoyens.

Pour autant il faut bien assurer sa journée de travail, même si la semaine de 45 heures dans les années 1960 s’est réduite peu à peu à 35 heures. Cela ne s’est pas fait tout seul, il ne faut pas l’oublier et rester vigilant.

Tout cela n’empêchait pas de devoir gérer l’intendance d’une famille et d’une maison, et de se retrousser les manches pour avancer, toujours.

C’est tout peut-être ? Non car l’heure est vite venue où parents et beaux-parents, qui ont tant donné quand c’était leur tour, avec un rien de confort, maintenant ont besoin de nous. La question ne se pose pas. D’une façon ou d’une autre, il nous faut s’occuper d’eux. C’est un devoir et c’est justice d’adoucir le couchant de leur vie.

De plus, il est arrivé plus d’une fois de devoir aider les enfants pour faire grandir leur propre progéniture. Quel plaisir, et quel travail aussi. Il fallait tenir le rythme avec des enfants pleins de vie !

Maintenant, après tout cela, le temps retrouvé ce n’est un luxe ? O que oui !

Se lever sans la sonnerie agressive du réveille-matin, ou plus tard la petite musique du radio réveil, un progrès, avec un plan déjà établi (réflexe de l’organisation qui nous permettait de tenir tête à tout)…et faire autre chose. Par exemple se pencher pour arracher les herbes du jardin, alors que nous sommes prêts à partir…Planter là le ménage (on verra demain…peut-être) pour se plonger dans un livre, quelle que soit l’heure…et le repas ? Nous verrons bien on ne pointe pas à deux heures, si ?

Et l’organisation du voyage à venir, celui que nous n’avons pas eu le temps de faire, trop loin et trop cher, car nous n’avions pas beaucoup de temps et d’argent. C’est pas plus important que la préparation du repas ? On n’est jamais morts de faim. Et les catalogues et Internet nous attendent et ils nous font rêver eux.

Et puis cet après-midi, nous pourrions aller rendre une visite surprise à nos meilleurs amis ? Si l’on ne change pas d’avis d’ici là…

Oui c’est bien un luxe le temps retrouvé !

Et pour terminer, moi je vous dis :

Je ferai ce que je voudrai,

Rien si l’envie m’en prend, c’est tout,

Et celui qui n’est pas content ainsi

N’a qu’à rester chez lui.

a small bird perched on a tree branch

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.