L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA.

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 7 de mai de 2023.

RETRACH

Pèire RABHI nasquèt lo 29 de mai de 1938 a KENADBA, vilatge a la pòrta del SAHARA algerian.

Orfanèl pro joine, foguèt adoptat per un coble de colons.

Foguèt precursor dins lo domeni de l’agrò-alimentari, que consistís en la regeneracion del mitan natural ; es a dire se passar tant qu’òm lo pòt d’engraisses e de pesticidas.

Tre las annadas 1950, P. RABHI pren consciéncia de çò que mena l’Umanitat a córrer cap a una paret ont se va espotir.

Foguèt lo fondator del moviment COLIBRĺ. Coma aquel bèl aucelon, que carreja qualques gotas d’aiga dins son bèc se ditz, per participar a l’amorçatge d’un encendi. P. RABHI convida cadun a préner dins la vida, coma l’aucèl, sa part del trabalh a complir.

RABHI foguèt coma tant d’autres l’objècte de controvèrsias, per aver près de posicions qu’òm pòt qualificar de « reac » dins d’unes domenis.

Mas dins aquel de l’ecologia, faguèt lo trabalhòt : un trentenat de libres, un fum de conferéncias, e subretot prenguèt un franc viratge lèu dins sa vida, metent sos actes en concordança amb sas idèas, anant viure fòra la vila.

Son òbra foguèt saludada per los mai Grands de nòstre temps. Dins son libre Vers la sobriété heureuse, publicat en 2010, puèi mai en 2013, capítol « Les paysans cévenols », ditz :

« Obrièr agricòla en ARDECHA, ai agut l’astre de partejar un pauc de ma vida amb de païsans cevenòls, que gardi per eles en memòria un estacament grand e una granda afeccion. Cossí oblidar lo vièlh Froment que malgrat sos 85 ans, e tanplan mercé a son atge, gardava la cadéncia ? Levat tre l’auba, après un dejunar frugal, m’entraïnava cap a sos talhièrs coma manòbra, per quilhar las parets afondradas que mantenián la tèrra plantada de vinhas. Un pauc sord, la memòria defalhenta, foguèt per ieu coma un paire espiritual, sens autre ensenhament o precèpte qu’un labor tranquil, ont cada gèst evocava dins sa precision un ritual milenari.

Ai pas jamai vist al Nòrd coma al Sud, córrer un païsan autentic, e s’es contrenh d’o faire, o fa d’un biais maladrech.

Ai vist, a l’ocasion d’una vendémia, los uòlhs blaus espantats del vièlh Froment, quora se baissant per amassar de granas tombadas pel sòl, s’atirèt la maissanta umor de son gendre, espleitant agricòla, que li enjonhèt d’anar mas lèu, qu’amassar las granas èra de temps perdut, non rendable ; lo bronzinament e las odors d’escapament del tractor rebalant la remòrca a vendémia nos fasent remenbrar que lo temps bucolic èra revolut. Los trabalhs dels camps anavan d’ara enlà rejónher la transa industriala. La tèrra deviá pas mai produsir de manjar, mas escopir  d’argent. »

Espèri qu’aquel extrach de son libre dona la mesura de la pensada de Pèire RABHI, qu’a comprés abans tant d’autres çò que semblam descobrir uèi, qu’òm nos parla de longa de sobrietat.

A l’evidéncia, los eveniments bailan rason a l’autor, mas es pas aquí per o veire que nos a quitat lo 4 de decembre de 2021.

Que sa pensada perseguiguèsse lo camin que tracèt per nosautres.

PORTRAIT

Pierre RABHI est né le 29 mai 1938 à KENADBA, village à la porte du SAHARA algérien.

Orphelin très jeune, il a été adopté par un couple de colons.

Il a été précurseur dans le domaine de l’agro-alimentaire, qui consiste en la régénération du milieu naturel ; c’est-à-dire se passer autant que possible d’engrais et de pesticides.

Dès les années 1950, P. RABHI prend conscience de ce qui conduit l’Humanité à courir vers un mur où aller s’écraser.

Il a été le fondateur du mouvement COLIBRI. Comme ce beau petit oiseau, qui charrie quelques gouttes d’eau dans son bec dit-on, pour participer à l’extinction d’un incendie, P. RABHI invite chacun à prendre dans la vie, comme l’oiseau, sa part du travail à accomplir.

RABHI a été comme tant d’autres l’objet de controverses pour avoir pris des positions qu’on peut qualifier de « réac » dans certains domaines.

Mais dans celui de l’écologie, il a fait le job : une trentaine de livres, un grand nombre de conférences, et surtout il avait pris très tôt un franc virage dans sa vie, mettant ses actes en concordances avec ses idées en allant vivre hors la ville.

Son œuvre a été saluée par les plus Grands de notre temps. Dans son livre Vers la sobriété heureuse, publié en 2010 puis à nouveau en 2013, chapitre « Les paysans cévenols », il dit :

« Ouvrier agricole en ARDECHE, j’ai eu la chance de partager un peu de ma vie avec des paysans des Cévennes, auxquels je garde, au fond de ma mémoire, un fort attachement et une grande affection. Comment oublier le vieux Froment qui, malgré ses 85 ans, ou peut-être à cause de son âge, gardait la cadence ? Tôt levé, un petit déjeuner frugal, et il m’entraînait vers ses chantiers pour lui servir de manœuvre, pour relever les murs effondrés qui retenaient la terre plantée de vignes. Un peu sourd, la mémoire défaillante, il fut pour moi comme un père spirituel, sans autre enseignement ou précepte qu’un labeur tranquille, où chaque geste évoquait dans sa précision un rituel millénaire.

Je n’ai jamais vu, au Nord coma au Sud, courir un authentique paysan, et s’il est contraint de le faire, il le fait gauchement.

J’ai vu à l’occasion d’une vendange les yeux bleus interloqués du vieux Froment lorsque, se courbant pour ramasser des graines tombées au sol, il s’attira la mauvaise humeur de son gendre, exploitant agricole, qui lui enjoignait d’aller plus vite, car  ramasser ces graines était du temps perdu, non rentable. Le renflement et les odeurs d’échappement du tracteur tirant la remorque à vendange nous rappelait d’ailleurs que le temps bucolique était révolu. Les travaux des champs allaient désormais rejoindre la transe industrielle. La terre ne devait plus produire de la nourriture, mais cracher de l’argent. »

J’espère que cet extrait de son livre donne la mesure de la pensée de Pierre RABHI, qui a compris avant tant d’autres ce que nous semblons découvrir aujourd’hui, alors qu’on nous parle sans arrêt de sobriété.

A l’évidence, les événements donnent raison à l’auteur, mais il n’est pas là pour le voir car il nous a quittés le 4 décembre 2021.

Que sa pensée poursuive le chemin qu’il a tracé pour nous.

seashore

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.