L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 30 de genièr de 2024.

DANÇA DEL CHIVALET

 

A Mèsa, avèm dos amics de longa data, lo Buòu e lo Chivalet. Uèi vos parlarem de la legenda polida del chivalet.

Un còp èra un rei, Pèire II d’Aragon, qu’aviá maridat Maria de Montpelhièr, filha de Guilhaume VIII. Aquel aviá pausat dins la banasta dels nòvis la senhoriá de Montpelhièr, pas qu’aquò !

Mas vaquí que la Maria aviá pas tròp las favors de son rei de marit. Pendent qu’ela viviá tota soleta dins son castèl de Miravau, el corriá la patanteina amb de jovencèlas. Aquel biais de far èra pas propici a engendrar un eiretièr legitim.

Es alara que los cònsols de Montpehièr aguèron l’idea famosa de metre la favorita del rei dins lo lièch real de Miravau.  Suggeriguèron al rei de « far aquò » per un còp dins lo negre complèt, per pebrar la causa benlèu.    

Al darrièr moment, cacèron la favorita del lièch, e la reina prenguèt la plaça que i reveniá de drech. L’endeman, lo rei foguèt talament content de sa nuèch que perdonèt la mascariá e intrèt dins Montpelhièr, trionfant sus son chivalet, portant la reina en cropa.

Lo « tam-tam » montpelierenc foguèt lèu activat, e la fola venguèt dins la jòia aculhir lo coble real, trapant mai l’espèr de veire nàisser enfin un eiretièr.

E d’efièch, lo 1er de febrièr de l’an 1208, Jaumet Ièr vegèt lo jorn dins lo palais de Tornemira (se ditz que seriá dins lo quartièr de la glèisa Sant Ròc, entre lo 2 e lo 6 de la carrièra Jacques d’Aragon)*. 

L’intrada a chival dins Montpelhièr aviá tant marcat los esperits que d’unes se n’inspirèron per inventar una dança gaujosa e una cançon per contar l’istòria – o legenda del chivalet. La costuma despassèt l’encencha de Montpelhièr e mai d’un se n’emparèt.

Los vestits, los passes de dança, lo nombre de dançaires cambièron al fial dels tempses e dels luòcs.

A Mèsa, lo Chivalet e lo Buòu, an sauput, mercé a sa populacion, traversar las epòcas e fan partida de nòstre patrimòni local per longtemps, l’esperam.

Aicí lo chivalet es portat per un òme que deu dançar amb elegància a passes menuts. Davant el, un autre fa coma se i bailava la civada dins un tambornet. Lo dançaire qu’es darrièr, amb d’aisinetas, fa mina de lo ferrar, totjorn en dançant. 

L’animal e los òmes son vestits de blanc amb de ribans e de cocardas tricoloras. Graile e tambornet acompanhan la dança.

Quand lo chivalet aguèt l’onor d’èsser presentat a Versalha al rei Lovis XIV, aquela  musica tant bèla foguèt arrengada per lo grand musicaire Lully (istòria o legenda ?).

Emai siaga pas la costuma de cantar las cançons del chivalet et del buòu, nos poguèrem procurar paraulas e musicas que gardam coma un tresaur.

Un jorn ne farem ben quicòm…

Per l’ora desiram longa vida a nòstre chivalet, e qu’acompanha, amb son amic lo buòu totas las fèstas, e que regaudissen totes los mesòis e los autres.

*L’ostal existís encara. Lo primièr de febrièr de 2008, pels 800 ans de la naissença de Jaumet d’Aragon, una placa foguèt clavada sus la faciada, en clausura de la celebracion d’aquel anniversari.

 

Sorsa : La garriga lengadociana, Tradition au pays de Montpellier, Sauramps édition.

DANSE DU CHEVALET

 

A Mèze, nous avons deux amis de longue date, le Boeuf et le chevalet. Aujourd’hui nous vous parlerons de la jolie légende du chevalet.

Il était une fois un roi, Pierre II d’Aragon, qui avait épousé Marie de Montpellier, fille de Guillaume VIII. Celui-ci avait déposé dans la corbeille des mariés la seigneurie de Montpellier. Rien que ça !

Mais voilà que Marie n’avait pas trop les faveurs de son roi de mari. Pendant qu’elle vivait toute seulette dans son château de Mireval, lui courrait la prétentaine avec des jouvencelles. 

Cette façon de faire n’était pas propice à engendrer un héritier légitime.

C’est alors que les consuls de Montpellier eurent la fameuse idée de mettre la favorite du roi dans son lit royal de Mireval. Ils suggérèrent au roi de « faire cela » dans le noir complet, pour pimenter la chose peut-être.

Au dernier moment, ils chassèrent la favorite du lit, et la reine prit la place qui lui revenait de droit. Le lendemain, le roi fut tellement content de sa nuit qu’il pardonna la supercherie et entra dans Montpellier, triomphant sur son chevalet, portant la reine en croupe.

Le « tam-tam » montpellierain fut vite activé, et la foule vint dans la joie accueillir le couple royal, retrouvant l’espoir de voir naître un héritier.

Et en effet, le 1èr février de l’an 1208,

Jacques Ièr vit le jour dans le palais de Tournemire (on dit qu’il serait dans le quartier de l’église Saint Roch, entre le 2 et le 6 de la rue Jacques d’Aragon)*

L’entrée à cheval dans Montpellier avait tant marqué les esprits que certains s’en sont inspirés pour inventer une danse joyeuse et une chanson pour raconter l’histoire – ou légende du chevalet. La coutume a dépassé l’enceinte de Montpellier, et plus d’un s’en est emparé.

Les vêtements, les pas de danse, le nombre de danseurs changèrent au fil des temps et des lieux.

A Mèze, le chevalet et le bœuf ont su, grâce à sa population, traverser les époques et font partie de notre patrimoine local, pour longtemps nous l’espérons.

Ici le chevalet est porté par un homme qui doit danser avec élégance à pas menus. Devant lui un autre fait semblant de lui donner de l’avoine dans un tambourin. Lo danseur qui est derrière, avec de petits outils, fait mine de le ferrer, toujours en dansant.

L’animal et les hommes sont vêtus de blanc, avec des rubans et des cocardes tricolores. Hautbois et tambourin accompagnent la danse.

Quand le chevalet eut l’honneur d’être présenté à Versailles au roi Louis XIV, cette si belle musique fut arrangée par le grand musicien Lully (Histoire ou légende ?).

Si ce n’est pas la coutume de chanter les chansons du chevalet et du bœuf, nous avons pu nous procurer paroles et musiques que nous conservons comme un trésor.

Un jour nous en ferons bien quelque chose…

Pou le moment, nous souhaitons longue vie à notre chevalet, et qu’il accompagne avec son ami le bœuf toutes les fêtes, et qu’ils réjouissent tous les mézois et les autres.

*L’hôtel existe encore. Le premier février 2008, pour les 800 ans de la naissance de Jacques d’Aragon, une plaque fut clouée sur la façade, en clôture de la célébration de cet anniversaire.

 

Source : La garriga lengadociana, Tradition au pays de Montpellier, Sauramps édition.

person touching assorted candles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.