L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA.

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 2 de mai de 2023.

UNA VIDA DE COBLE

 

L’aimi ma cata, Emilia JOLI. JOLI es nòstre nom d’ostal. Ieu soi Peiròt JOLI.

Amb ma cata, partejam nòstra vida, e partejam tot ; coma nòstre ris de vedèl, quand vòl plan me ne daissar un bocinèl. ; partejam nòstre fautuèlh se vòl ben se butar. Un vertadièr Pachà, ma cata. Aicí se sentís plan en cò d’ela.

E vaquí que se’n va, tòrna, tòrna mai, me vira alentorn.

– Tan plan vòls sortir ? Espèra, preni lo mantèl e lo capèl…soi lèste. I anam ?

Non ? tòrna mai sul fautuèlh, fasent la bèba.

– D’acòrdi, buta-te un pauc per me daissar assetar. Vèni te farai una bèla careça…aquò fa de ben, non ? Per me mercejar, vaquí que de ton còrs abandonat me fas en ronronant un boà de forradura naturala. E ieu soi a fondre !

D’un còp, rompant aquela bèla armonia, me preni un còp de pata agressiu. Per de quéaquel èrnha ?

– De que t’ai fach ? Vai-t-en donc ensajar de ganhar ta vida del costat de « Pòl Emplec » per exemple. Tan plan qu’an besonh d’una Dòna Caçaira de mirguetas, una mena de Diva, qu’entau ton « egò » ne prendriá pas un còp. Al mens podriás ajudar a las despensas del coble, non ?

Ma Dòna, canhosa, aima mai esperar que son ris  de vedèl de cada jorn li tombèsse dins lo bèc.

– Benlèu de tostadas de caviar, tant que i siás. Encara que per astre per tu, aimi pas las mirguetas, levat la d’anhèl. Mas per caçar aquela siás encara joineta dins lo mestièr. Abans te caldrà far la pata.

– Per de qué m’agachas, clucant de tos uòlhs verds ? Amai ieu n’ai d’uòlhs verds, e sabi cluclar coma tu. Creses de me téner cap ? Per cau te prenes ? As pas ges d’autoritat sus ieu. D’acòrdi siás mon egala, mon « alter egò », e pas mai. E se siás de bona fe, çò qu’es pas segur, pòdes reconéisser qu’ai res d’un masclàs.

– Mas, se vòls que contunhem de

caminar ensems, me parlaràs sus un autre ton, sioplèt. E fariás plan de te desbarrassar de ta condescendéncia abituala. Siás prevenguda, n’ai pro d’aquelas faiçons de Dòna escalustrada. Comenci de me despacientar.

 – Atanben, fin finala, rapèla-te que lo divòrci es pas fach per los chins !

UNE VIE DE COUPLE

 

Je l’aime ma chatte, Emilie JOLI. JOLI c’est notre nom de famille. Moi je suis Pierrot JOLI.

Avec ma chatte, nous partageons notre vie, et nous partageons tout ; comme notre ris de veau, quand elle veut bien m’en laisser un petit morceau ; nous partageons notre fauteuil si elle veut bien se pousser. Un vrai Pacha, ma chatte. Ici elle se sent bien chez elle.

Et voici qu’elle s’en va, tourne, retourne, me tourne autour.

-Tu veux peut-être sortir ? Attends, je prends le manteau et le chapeau…je suis prêt, on y va ?

Non ? Elle retourne sur le fauteuil en faisant la moue.

– D’accord, pousse toi un peu pour me laisser asseoir. Viens je te ferai un gros câlin…Ça fait du bien, non ? Pour me remercier, voilà que de ton corps abandonné tu me fais en ronronnant un boa de fourrure naturelle. Et moi je suis en train de fondre !

D’un coup, rompant cette belle harmonie, je me prends un coup de patte agressif. Pourquoi cette saute d’humeur ?

– Que t’ai-je fait ? Vas donc essayer de gagner ta vie du côté de Pôle Emploi par exemple. Peut-être ont-ils besoin d’une Diane Chasseresse de souris, une sorte de Déesse, qu’ainsi ton égo n’en prendrait pas un coup. Au moins tu pourrais aider aux dépenses du ménage, non ?

Madame, indolente, préfère attendre que son ris de veau quotidien lui tombe dans le bec.

– Peut-être des toasts de caviar tant que tu y es. Encore que par chance pour toi, je n’aime pas les souris, sauf celle d’agneau. Mais pour chasser celle-ci, tu es encore un peu jeune dans le métier. Avant tu devras te faire la patte.

– Pourquoi me regarde-tu en clignant de  tes yeux verts ? Moi aussi j’en ai des yeux verts, et je sais cligner des yeux comme toi. Tu crois me tenir tête ? Pour qui te prends-tu ? Tu n’as aucune autorité sur moi. D’accord, tu es mon égale, mon alter ego, et pas plus. Et si tu es de bonne foi, ce qui n’est pas sûr, tu peux reconnaître que je n’ai rien d’un macho.

– Mais si tu veux que nous  poursuivions notre route ensemble, tu me parleras sur un autre ton, s’il te plaît. Et tu ferais bien de te débarrasser de ta condescendance habituelle. Tu es prévenue, j’en ai assez de ces manières de Dame offusquée. Je commence à perdre patience.

– Aussi, pour finir, souviens-toi que le divorce n’est pas fait pour les chiens !

white and gray kitten lying on gray textile