L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 22 de genièr de 2024.

CONTENTAR TOT LO MOND E SON PAIRE

 

Dins lo golfe de Gasconha, la derogacion a l’interdiccion de la pesca ven d’èstre levada per lo Conselh d’Estat. Aquò per un mes, e per qualques 400 gròsses batèls.

D’unes se’n regaudisson que seriá la condicion per esparnhar la santat e la vida dels marsoïns e dels dalfins que patisson de la pesca, de còps fins a lor mòrt.

D’autres, los pescaires, pòdon pas aprovar una mesura que los priva de lors ressorsas pendent un mes. Ont tot aquò se va arrestar que se dison ?

En mai d’eles son atanben tocats los peissonièrs, los carrejaires, los restaurators, e de tot biais los consomators. Podràn causir entre se passar de peis o lo pagar al prètz fòrt en rason de la raretat, se lor portamoneda pòt seguir.

O encara, se l’enveja de manjar de peis es tròp granda, crompar de peis qu’a barrutlat a travèrs la planeta, pendent qu’òm nos ditz a de reng : cal consumir françés ! (coma s’èrem pas capable de saupre çò qu’avèm a faire).

Segur que se la situacion èra simpleta, una solucion seriá ja estada trobada, que degun vòl pas far de mau per plaser als marsoïns e als dalfins, aqueles animals pas dangieroses e eminentament simpatics amb lor sorrire coquin e atendrissent.

Per l’ora, la situacion sembla blocada. A saupre se totas las possibilitats son estadas exploradas ? Al dire del pescaires, de mesuras mens rigidas aurián pogut èstre prepausadas.

Se vertadièrament, existís un espaci de negociacion, seriá temps de lo metre en òbra.

Se passa dins aquel domeni coma  dins d’autres, aquel per exemple dels agricultors. Lor batèsta se debana d’aquesta passa, de cara al problèma de l’usatge dels pesticidis e a lor manca de moneda de mai en mai evident, pendent que d’autres an la consciénça aguda del devenir de la planeta e los que l’abitan. Çò que se pòt entendre. Cadun defend son vejaire e sos interèsses carn e onglas.

Sens una volontat seriosa de trapar un terren d’ententa qu’estalvariá cabra e caulet, i arribarem pas.

A saupre se un jorn òm podriá contentar tot lo mond e son paire ? Après tot es pas defendut d’ensajar.

Lo temps seriá vengut de far mentir la faula de l’avisat Joan de la Fontaine dins « Lo molinièr, son filh e l’ase » ? Seriá una granda primièra !

 

*Darrièra minuta : venem d’apréner la mòrt d’una agricultritz de 36 ans e de sa filha de 12 ans  que fasián partida dels manifestants a Pàmias en Arièja. Son estadas dalhadas per una veitura qu’auriá passat los barratges. Es una terribla novèla que s’apond al desespèr de nòstres agricultors de la manièra la pus trista que siá. Bon coratge a eles totes.

 

CONTENTER TOUT LE MONDE ET SON PÈRE

 

Dans le golfe de Gascogne, la dérogation à l’interdiction de la pèche vient d’être levée par le Conseil d’Etat. Ceci pour un mois, et pour 400 gros bateaux.

Certains s’en réjouissent car ce serait la condition pour épargner la santé et la vie des marsouins et des dauphins qui pâtissent de la pèche, parfois jusqu’à leur mort.

D’autres, les pécheurs, ne peuvent approuver une mesure qui les prive de ressources pendant un mois. Où tout cela va s’arrêter, qu’ils se disent ?

En plus d’eux, sont aussi impactés les poissonniers, les transporteurs, les restaurateurs, et de toutes façons les consommateurs. Ils pourront choisir entre se passer de poisson ou le payer au prix fort en raison de sa rareté, si leur porte-monnaie peut suivre.

Ou encore, si l’envie de poisson est trop grande, acheter du poisson qui s’est promené à travers la planète, pendant qu’on nous dit sans arrêt : il faut consommer français ! (comme si nous n’étions pas capables de savoir ce que nous avons à faire).

Pour sûr, si la situation était toute simple, une solution aurait déjà été trouvée, car personne ne veut faire du mal par plaisir aux marsouins et aux dauphins, ces animaux pas dangereux et éminemment sympathiques avec leur sourire coquin et attendrissant.

Pour l’heure, la situation semble bloquée. A savoir si toutes les possibilités ont été explorées ? Au dire des pécheurs, des mesures moins rigides auraient pu être proposées.

Si vraiment il existe une marge de négociation, il serait temps de la mettre en œuvre.

Cela se passe dans ce domaine comme dans d’autres, celui par exemple des agriculteurs. Leur bataille se déroule en ce moment même, face au problème de l’usage des pesticides et à leur manque d’argent de plus en plus criant, pendant que d’autres ont la conscience aigüe du devenir de la planète et de ceux qui l’habitent, c’est-à-dire nous autres. Ce qui peut s’entendre. Chacun défend son point de vue et ses intérêts bec et ongles.

Sans une volonté sérieuse de trouver un terrain s’entente qui ménagerait la chèvre et le chou, on n’y arrivera pas.

A savoir si un jour on pourrait contenter tout le monde et son père ? Après tout il n’est pas défendu d’essayer.

Le temps serait-il venu de faire mentir la fable de l’avisé Jean de la Fontaine dans « Le meunier, son fils et l’âne » ? Ce serait une grande première !

 

*Dernière minute : nous venons d’apprendre la mort d’une agricultrice de 36 ans et de sa fille de 12 ans qui faisaient partie des manifestants à Pamiers en Ariège. Elles ont été fauchées par une voiture qui aurait passé les barrages. C’est une terrible nouvelle qui s’ajoute au désespoir des agriculteurs de la manière la plus triste qu’il soit. Bon courage à eux tous.

person touching assorted candles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.