Lo Sautaròcs de Faugièiras vos propausa una charradissa
          Samedi 6 octobre à 18 heures salle Bacchus,
                                Jacques BONNET
                            présentera Omar KHAYYAM
Ô Dieu, c’est moi qui bois, et c’est toi qui titubes! (Omar Khayyâm)
Omar Khayyâm, 1048-1131, immense poète, mathématicien de génie. 
Né à Nichapûr, capitale du Khorâssân, aux frontières de l’Afghanistan. 
Un art de vivre, une sagesse et une amertume, la liberté de penser. 
Un sauf-conduit pour traverser les temps les plus troublés. 
Bernard Lavilliers dans son album “Les Poètes” débute la chanson “Femmes” par un poème de Khayyâm:
Un peu de pain, un peu d’eau fraîche,
L’ombre d’un arbre, et tes yeux!
Aucun sultan n’est plus heureux que moi.
 Aucun mendiant n’est plus triste. “
Et voici un autre de ses poèmes (ou Rubaiyat): 
Mon âme ensemble, nous formons les deux branches d’un seul compas. 
Et bien que nous ayons deux pointes, nous sommes un seul corps ensemble. 
Nous tournons sur l’une des pointes pour ne décrire qu’un seul cercle

Jusqu’au jour final qui verra nos deux branches se réunir.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.