L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 12 de novembre de 2023.

SECRÈT D’ALCÒVA

Una amigueta que coneissi plan me faguèt un jorn aquela confidéncia :

  • – M’es arribat quicòm d’estranh. Figura-te qu’aquesta matin me podiái pas levar del lièch. Pasmens aviái plan dormit, me sentissiai pas tant regda qu’aquò. Solament, pendent un moment que ne finissiá pas pus, cerquèri lo lum sens lo trapar ; puèi ai pas pogut metre un pè pel sòl.
  • – E per de qué ?
  • – Per çò que, quand volguèri virar los pès, i aviá pas lo voide que i a de costuma. E ara, cossí te vas levar ?

Coma aviái pas mau en luòc, me diguèri : pas   d’afoliment. De que pòt èstre ? A paupas comprenguèri qu’èra lo matelàs. E donc m’èri desrevelhada dins los « braces » de mon traversièr !

  • – Aquela empega ! Ai pas jamai agut coneissença d’una parièra situacion. Siás segura qu’èra pas un sòmi ?
  • – Non, non, e se mon traversièr me vòl rendre visita temps en temps, disi pas non !
  • – E puèi, de que se passèt ?
  • – Ò ! Òm pòt pas dire que los « braces » d’un traversièr aguèsson la vigor d’un òme dins la fòrça de l’atge, mas me diguèri qu’anavi pas escopir sus un moment de tendresa, amai que venguèsse d’un pantin desarticulat ; e me diguèri atanben, me vau préner la vida coma ven, e l’imaginacion farà lo demai…

  SECRET D’ALCOVE

Une bonne amie que je connais bien m’a fait un jour une confidence :

  • – Il m’est arrivé quelque chose d’étrange. Figure-toi que ce matin je ne pouvais me lever du lit. Pourtant j’avais bien dormi, je ne me sentais pas si raide que ça. Seulement, pendant un moment qui n’en finissait plus, je cherchai l’interrupteur de la lampe de chevet sans le trouver ; puis je n’ai pas pu mettre un pied par terre.
  • – Et pourquoi ?
  • – Parce-que, quand j’ai voulu tourner les pieds, il n’y avait pas le vide qu’il y a habituellement. Et maintenant, comment tu vas te lever ?

Comme je n’avais mal nulle part, je me suis dit : Pas d’affolement. Qu’est-ce que ça peut être ? A tâtons, je compris que c’était le matelas. Et donc je m’étais réveillée dans les « bras » de mon traversin !

  • – Elle est bien bonne ! Je n’ai jamais eu connaissance d’une pareille situation. Tu es sûre que ce n’était pas un rêve ?
  • – Non, non, et si mon traversin veut bien venir me rendre visite de temps en temps, je ne lui dis pas non !
  • – Et puis, que s’est-il passé ?
  • – Oh ! On ne peut pas dire que les « bras » d’un traversin aient la vigueur d’un homme dans la force de l’âge, mais je me suis dit que je n’allais pas cracher sur un moment de tendresse, bien qu’il vienne d’un pantin désarticulé ; et je me dis aussi, je vais prendre la vie comme elle vient, et l’imagination fera le reste…
a small bird perched on a tree branch

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.