L’UÒLH DEL BUÒU

LA BILHETA DE L’IVONA DEL CERCLE OCCITAN DE MÈSA

Ivona BEAUME, Mèsa, lo 03 de junh de 2024

    SECORS ALS NEGATS

 

Per portar secors als negats, qu’èran fòrça nombroses dins los temps ancians, amai dins nòstre estanh de Taur, i a pas totjorn agut de Societats Maritimas de Secors. Alara cadun fasiá çò que podiá amb çò que sabiá e çò qu’aviá.

Vaquí un testimoni de çò que se passava del costat de Bosigas e pas solament, dins las annadas 1780 : traduccion a partir d’un libre de François Baqué e Antoine Rouquette, libre que se sona : Un village du littoral autour des siècles, des origines à 1914 (escrich en 1957 et 1958)».

Los autors escriguèron a prepaus de las negadas :

« Secors als negats :

Las negadas, o’avèm vist dans los capítols precedents, èran de còps fòrça mas nombrosas que uèi. Lor frequéncia aviá atirat l’atencion dels poders publics. Aqueles, jos lo règne de Loís lo XVIn, dotaràn cada centre maritim d’una boita contenent de material, divèrses produches e de linge. De mai, tota las ciutats litoralas recebèron una aficha de las bèlas, enumerant çò que caliá temptar per ensajar de  reviscolar lo negat.

Los conselhs èran bailats per En. Portal, “Mètge consultant de Monsur e de l’Academia de las sciéncias”.

La màger part de las recomandacions semblan pas extravagantas : friccions, bevendas caudas o alcoolizadas, respiracion artificiala (introduire lo tudèl d’un bufet dins una narra, e comprimir l’autra amb los dets, sagnadas, aplicacion de vessicatòris (son de potingas)…

Mas d’unes d’aqueles conselhs nos pareisson estranhs. L’ochen per exemple : « gratilhar lo dedins de la garganta amb la barba d’una pluma, amb de fum de tabat, d’aiga de luce : esperit volatil de sal amoniacada, e d’aiga de la Reina d’Ongria *.

E lo onzen subretot « …per darrièr secors, li introduire de fum de tabat dins lo fondament (es a dire dins lo trauc del cuol), al mejan de la maquina estubadoira que se trapa dins la boita ».

 

Nòstres pescaires, per lo mens los qu’èran pas illetrats, se devián téner las costas, legissent l’aficha apausada sus la pòrta de la comuna. E sospechavan lo famós article d’èstre a l’origina de nòstra dança populara del chivalet :

              Buffa iè au c…

             De Mèstre Jacme

            Bufa iè au c…

           Qu’es un coguol !!!

* aiga d’Ongria : a basa de romanin, d’aiga de ròsa e d’aiga nafa.

SECOURS AUX NOYÉS

 

Pour porter secours aux noyés, qui étaient très nombreux dans les temps anciens, même dans notre étang de Thau, il n’y a pas toujours eu des Sociétés Maritimes de Secours. Alors chacun faisait ce qu’il pouvait avec ce qu’il savait et ce qu’il avait.

Voici un témoignage de ce qui se passait du côté de Bouzigues et pas seulement, dans les années 1780 : traduction à partir d’un livre de François Baqué et Antoine Rouquette, livre qui se nomme : « Un village du littoral autour des siècles, des origines à 1914 » (écrit en 1957 et 1958).

Les auteurs ont écrit à propos des noyades :

Secours aux noyés :

Les noyades, nous l’avons vu dans les chapitres précédents, étaient souvent plus nombreuses qu’aujourd’hui. Leur fréquence avait attiré l’attention des pouvoirs publics. Ceux-ci sous le règne de Louis XVI, dotèrent chaque centre maritime d’une boîte contenant du matériel, divers produits et du linge. De plus toutes les cités littorales reçurent une fort belle affiche, énumérant ce qu’il fallait tenter  pour essayer de ranimer le noyé. 

Les conseils étaient donnés par M. Portal, « médecin consultant de Monsieur et de l’Académie des sciences ».

La plupart des recommandations ne semblent pas extravagantes : frictions, boissons chaudes ou alcoolisées, respiration artificielle ( introduire le tuyau du soufflet dans une narine, et comprimer l’autre avec les doigts, saignées, application de vésicatoires (ce sont des médicaments)…

Mais certains de ces conseils nous paraissent étranges. Le huitième par exemple : « chatouiller l’intérieur de la gorge avec la barbe d’une plume, avec de la fumée de tabac, de  l’eau de luce : esprit de sel ammoniaqué, et de l’eau de la reine de Hongrie*.

Et le onzième surtout « …pour dernier secours, lui introduire de la fumée de tabac dans le fondement (c’est-à-dire dans le trou du cul), au moyen de la machine fumigatoire qui se trouve dans la boîte ».

Nos pécheurs, pour le moins ceux qui n’étaient pas illettrés, doivent se tenir les côtes en lisant l’affiche apposée sur la porte de la mairie. Ils soupçonnent le fameux article d’être à l’origine de notre danse populaire du chevalet :

               Souffle-lui au c…

              De Maître Jacques

             Souffle-lui au c…

            Que c’est un cocu !!!

* eau de Hongrie : à base de romarin, d’eau de rose et de fleur d’oranger.

brown and white rodent on brown tree trunk

Vos agradèt aquela bilheta?

N’auretz aquí un pauc mai amb L’uòlh del buòu. En venda dins totas las bonas librariás.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.