Conte : La vèsta de Batistonet (1)

par Bobí lo contejaire

Conte : La vèsta de Batistonet (1)

Ai trapat un conte vièlh qu’ai adaptat. Serà en doas partidas. Alara paciéncia per la fin !

Un còp èra, a Colhonàs… Èra dins las annadas 1930 a l’ostal de Batiston, lo rèire-grand de Batiston d’uèi. Aquò’s una tradicion dins la familha de balhar lo nom de Batiston a l’ainat e dempuèi de generacions !

«Badonet, lo cosin del Cailar es mòrt !  L’enterrament es a miègjorn, deman, i cal anar! »

Èra la maire de Batistonet que parlava. Mas en junh i a fòrça trabalh pel campèstre a Colhonàs : culhidas de cerièras, trabalh pels camps… Batiston, diguèt:  « Aquò’s pas possible avèm besonh de l’ase per lo trabalh dels camps, pòdi pas anar a l’enterrament, lo filh Batistonet anarà, es jove e aquò se pòt far dins la jornada. »

L’endeman, a las albetas, Batistonet, partiguèt d’a pè. Aviá cargat la vèsta negra, las cauças de velós e lo capèl  negre tanben. Caminèt fins a Pegairòla d’Escaleta, puèi prenguèt un caminòl cap al platèu. Lo solelh tustava, macarèl !

 Enfin arribèt a l’ostal del cosin mòrt. Picavan 11 oras. Beguèt un còp, charrèt amb la familha puèi anèron a la glèisa e fins finala al cementèri.

Tornèron a l’ostal per manjar. Batistonet trapèt de cosins, d’amics e  parlèron de la vida vidanta… e lo temps passava. Sèt oras piquèron al relòtge. Batistonet diguèt : « Me cal tornar a l’ostal, que deman avèm fòrça trabalh ». La familha diguèt de partir l’endeman : « Farà nuèit  lèu ! » Mas Batistonet mercejèt, prenguèt la vèsta e partiguèt .

 La nuèch lo susprenguèt al Pas de l’Escaleta. Lo vent s’èra levat e portava totas menas de bruches. Aguèt pas paur mas pensèt a las istòrias qu’aviá ausidas sus Pons de Leràs desvalisant los viatjaires a l’edat Mejana. Contunhèt tranquillament e la davalada cap a Pegairòla foguèt pro aisida, lo tresluc li esclairant lo camin…

Lo vent, las ombras l’inquietavan pasmens. Arribava près de Colhonàs quand ausiguèt un bruch estranh.

Seguida e fin la setmana venenta

La veste de Batistonet. (1)

J’ai retrouvé un vieux conte que j’ai adapté. Il sera en deux parties. Alors patience pour la fin !
Autrefois, à Colhonas…C’ était dans les années 1930 chez Batiston l’arrière grand-père de Batiston d’aujourd’hui. C’était une tradition dans la famille de donner le nom de Batiston à l’aîné et depuis des générations !

«Badonet, le cousin du Caylar est mort ! L’enterrement est demain à midi, il faut y aller! »

C’était la mère de Batistonet qui parlait..Mais en juin il y a beaucoup de travail à Colhonas : cueillette des cerises, travail dans les champs…Batiston, son mari dit: « Ce n’est pas possible nous avons besoin de l’âne pour le travail des champs, je ne peux pas aller à l’enterrement, le fils Batistonet ira à pied, il est jeune et cela peut se faire dans la journée. »

Le lendemain, dès l’aube, Batistonet, partit. Il avait mis la veste noire, le pantalon de velours et le chapeau noir aussi. Il marcha vers Pégairolles de l’Escalette, puis il prit un sentier vers le plateau. Le soleil tapait fort, macarel !
Enfin il arriva à la maison du cousin mort. Il était 11 heures. Il but un coup, bavarda avec la famille puis alla à l’église et au cimetière.

Ils revinrent à la maison pour manger. Batistonet trouva des cousins, des amis et ils parlèrent de la vie quotidienne….Sept heures sonnèrent à l’horloge. Batistonet dit : « Il faut partir à la maison, car demain nous avons beaucoup de travail ». La famille voulut le retenir : « Il va bientôt faire nuit ! » Mais Batistonet les remercia, prit sa veste, et partit.

La nuit le surprit au pas de l’Escalette. Le vent s’était levé et portait toutes sortes de bruits. Il n’eut pas peur mais pensa aux histoires qu’il avait entendues sur PONS de LERAS dévalisant les voyageurs au moyen âge. Il continua et la descente vers Pégairolles fut assez facile , car il faisait pleine lune.

Le vent, les ombres l’inquiétaient cependant. Il arrivait près de Colhonas quand il entendit un bruit étrange.

Suite et fin la semaine prochaine

Lo Mescladís e Zibola, lo libre dau Bòbi en venda dins totas las bonas librariás !

Una pòrta d’intrada dins la lenga e la cultura occitana, una pòrta bèla qu’aquelas cronicas, a l’origina radiofonicas per ràdio Lengadòc e ràdio Lodeva, destriadas en quatre categorias: “Contes e legendas”; “Cultura occitana”; “Fèstas e jòcs”; e “O sabiatz?” Lo legeire, novelaire o assabentat de la causa occitana, i farà son pro e i trobarà sens cap de dobte son bonaür. Completadas per l’Istòria polida de Zibola premiada per lo CAÒC en 2023.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.